SOUS LE SIGNE DE LA MÉTAMORPHOSE    /par Lydia Harambourg /


PARIS
Robert Sobociński
efflorescences formelles
 

D'origine polonaise, Robert Sobocinski organise à Paris ca cinquième exposition. D'essence baroque, sa sculpture développe une ligne en constante métamorphose. Minérale, florale ou organique, elle génère une troublante efflorescence anthropomorphe. Tour à tour lianes et tentacules, les lignes s'emparent de l'espace à partir d'un mouvement centrifuge à l'écuote d'un imaginaire ardent.
 
Le dialogue est reconduit d'une sculpture à l'autre, dans une continuité formelle qui se renouvelle. Sobocinski travaille mû par une intuition, qui le conduit à mettre en action un univers métaphorique dont il aime souligner l'ambivalence. Abstraire et figurer n'est pour lui pas contradictoire. Qu'il s'agisse des deux versions du Démon, de la Danse ou de L'Envol, l'apparence humaine impose son empreinte. Des membres s'ébauchent sur un corps tronc, axe structurel autour duquel jaillissent des formes biologiques. Si ses sculptures récentes se déploient dans une vrille ascensionnelle propre à l'artiste, son lyrisme s'est tempéré au profit d'un enracinement, qui tend à conjurer la lutte avec l'appel puissant de l'apesanteur.
 
Fondus dans son atelier de Poznan, les bronzes à la cire perdue sont anoblis par des patines dont Sobocinski connaît tous les secrets alchemiques. Ils gardent les pressions du combat avec la matière et les conquêtes sur sa brutalité originelle, pour conjurer le temps.


LA GAZETTE DE L'HŌTEL DROUOT - 12 Janvier 2007 No 2

e-mail : lp.2o@tcudorptra